Protoxyde d’azote : attention danger !

13 Mar 2019

 

Utilisé en tant que drogue récréative, et proposé à la vente dans certains établissements de nuit, le protoxyde d’azote est de plus en plus souvent détourné de ses finalités médicales ou d’aérosol à usage culinaire.
Une étude coordonnée en 2015 par les autorités sanitaires a permis de documenter les risques encourus du fait de son inhalation : troubles de la coordination, renforcement du sentiment d’ébriété lorsqu’il est associé à l’alcool, pertes de consciences en associations avec d’autres drogues voire, en cas d’exposition de longue durée, baisse de la fertilité et maladies neurologiques.

Gaz à usage médical, aux vertus anesthésiques, commercialisé pour les bombes à chantilly, le protoxyde d’azote relève donc à la fois de la réglementation des produits stupéfiants pour sa finalité médicale et de celle des produits de consommation courante.
En proscrire la vente aux mineurs ne serait probablement pas une réponse crédible et adaptée, d’autant que les intoxications graves concernent essentiellement jeunes adultes et étudiants. Chacun sait en outre les difficultés qui existent à faire respecter les interdictions de vente aux mineurs, sur les produits soumis à cette restriction : en la matière, les actions de prévention et d’information sont probablement plus efficaces que les interdictions de vente catégorielles.
Toutefois, et afin de limiter le détournement de l’usage de ce gaz, Mounir Belhamiti a demandé, par question écrite à la ministre de la Santé et des solidarités, s’il ne pourrait pas être envisagé de proscrire la vente de ce produit dans les débits de boisson et les établissements de nuit.

Partager cet article
Share on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Email this to someone
email