Parce que la 5G arrive, la sécurité des réseaux mobiles, c’est aujourd’hui !

27 Mar 2019

 

 

 

Chacun perçoit l’enjeu de l’aménagement numérique du territoire : il s’agit de permettre à tous les Français d’accéder, en tout lieu du territoire, à des services indispensables, tant pour leur vie quotidienne que pour l’activité économique.

Dans cette perspective, le déploiement de la 5G constitue une opportunité essentielle.

La préparer, en se posant toutes les questions, est de la responsabilité des pouvoirs publics.

Parmi ces questions, celle de la cybersécurité est centrale.

Les spécificités techniques de la 5G, comme les usages dans des domaines industriels ou pour certains secteurs critiques représentent des risques qu’il s’agit de maîtriser.

Faire évoluer les exigences de sécurité sur ces nouveaux équipements qui supportent les réseaux 5G, c’est l’objectif de la proposition de loi qui arrive en examen à l’Assemblée nationale, et dont Mounir Belhamiti a été désigné comme chef de file LAREM au sein de la commission de la défense.

Il est essentiel de garantir la sécurité et la fiabilité des réseaux quand ceux-ci vont être, par exemple, indispensables au bon fonctionnement des véhicules connectés. Il en va également de l’intérêt économique sur le long terme, les investissements et les enjeux étant colossaux, il est nécessaire de définir un cadre clair permettant un déploiement rapide et la garantie d’un niveau de sécurité et de résilience optimal.

Au-delà de ces enjeux d’usages quotidiens, se pose également la question de la fiabilité des équipements de desserte 5G, lesquels, en cas de faiblesse, seraient en mesure d’engager la sécurité nationale.

Aussi le texte prévoit-il un régime d’autorisation préalable, fondé sur des motifs de défense et sécurité nationale, pour les équipements des réseaux radioélectriques mobiles permettant de répondre à ces nouvelles exigences de sécurité des réseaux.

Légiférer aujourd’hui est une nécessité : le déploiement de la 5G est engagé en France avec des expérimentations lancées au cours de l’année 2018. La définition de règles claires et pérennes permettra aux opérateurs de sécuriser leur stratégie de déploiement 5G, afin qu’ils connaissent en amont les règles du jeu imposées par l’Etat.

« Ce sont des questions très techniques, mais en même temps profondément politiques, explique Mounir Belhamiti. Elles conditionnent une part importante de notre développement économique futur, comme notre souveraineté nationale. Je suis reconnaissant à mon groupe de m’avoir confié le rôle de chef de file de la commission défense sur ce texte. J’y vois la reconnaissance d’une compétence technique, mais aussi un signe de confiance politique. »

Partager cet article
Share on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Email this to someone
email