Entre la France et Taïwan, une communauté d’intérêts mais aussi de valeurs

3 06 2019

 

 

C’est avec les professionnels français qui concourent, sur place, au développement des échanges commerciaux entre la France et Taïwan que nous avons terminé un intense et mémorable séjour de travail à Taipei, dans le cadre du groupe d’étude à vocation internationale auquel j’appartiens.

Nous nous y sommes rendus en délégation parlementaire, avec Eric Bothorel, Laure de La Raudière, Guillaume Kasbarian, Thomas Gassiloud et Christophe di Pompeo, à l’occasion des salons Computex et Innovex, rendez-vous devenus incontournables de l’innovation technologique.

Ce voyage nous l’avons entrepris en petit comité de passionnés des questions de souveraineté numérique, de cyber sécurité, de gestion des données, de nouvelles technologies ou encore d’intelligence artificielle. Mais nous l’avons avant tout effectué avec l’œil de parlementaires, toujours à la recherche des pratiques innovantes qui viendront demain alimenter notre industrie et notre démocratie.

Car Taïwan est une démocratie singulière, soumise à un voisinage historiquement conflictuel avec une Chine qui met la pression sur la communauté internationale pour obtenir la réunification de l’île. Face à cet imposant voisin, Taiwan cultive assume le choix du libéralisme sociétal : elle est devenue le premier pays asiatique à légaliser le mariage pour tous. C’est un pays riche que j’ai découvert : riche de diversité, riche d’idées et de volonté de progrès.

Non participant en tant qu’État à la COP21, Taiwan n’en a pas pour autant délaissé les objectifs de développement durable. Au lendemain de l’adoption de l’Accord de Paris sur le climat, Taiwan a entamé un processus ambitieux de réduction de ses émissions de gaz à effet de serre à horizon 2030. Taipei en a également profité pour lancer l’initiative d’Adaptation panpacifique au changement climatique. Autant de combats que nous devons soutenir et accompagner.

21ème puissance économique mondiale, affichant un PIB à hauteur de 602 milliards de dollars, Taiwan est désormais un acteur indispensable de la communauté internationale, et son poids ne fait que s’accroitre. La France et les Français l’ont bien compris, et c’est pour cela que les relations ne font que s’intensifier. Près de 200 implantations françaises sont décomptées aujourd’hui sur l’île de Taiwan, les échanges commerciaux entre les deux pays ont atteint plus de 5 milliards de dollars en 2018, faisant de la France est le quatrième partenaire commercial de Taiwan.

Nous devons continuer de densifier cette relation économique, dans le sillage de la récente commande par la compagnie taiwanaise Starlux de 17 Airbus 1350 pour une valeur supérieure à 5 milliards d’euros.

Avec mes collègues parlementaires, nous avons vu de près ce dont Taiwan est capable en termes d’innovations, de recherche et de coopérations technologiques. Nous avons eu l’opportunité de découvrir nombre de nouveautés, de la 5G aux services de e-santé en passant par l’open data et l’intelligence artificielle.
Mais Taïwan n’est pas seulement un exemple industriel, c’est également un marché pour nos entreprises présentes sur place. Au salon Computex, la French Tech Taiwan a su démontrer des savoir-faire impressionnants, qu’il est important de valoriser.

De cette courte immersion dans un pays remarquable, même s’il n’en a pas le statut au regard du droit international, je retiens la nécessité de cultiver les liens entre la France et ce petit bout de terre, avec qui nous partageons non seulement des intérêts économiques, mais aussi des valeurs.

Partager cet article
Share on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Email this to someone
email